Actualités françaises: le Grenelle des violences conjugales

Qu’est-ce que c’est “un Grenelle”?

Pour commencer, d’où vient ce mot “le Grenelle”, et pourquoi on emploie le masculin alors que le mot se termine par “-elle”?

Grenelle, c’est à l’origine un nom propre: la rue de Grenelle à Paris, ce qui explique la majuscule. En mai 1968, au moment des grandes manifestations sociales qui ont agité la France, des accords majeurs* entre le gouvernement et les syndicats ouvriers ont été négociés rue de Grenelle, où se trouvait le ministère du Travail. Depuis, à plusieurs occasions, le gouvernement a organisé des “Grenelle de…” sur des sujets qui sont considérés comme importants.
Le dernier en date était le “Grenelle de l’environnement” en 2007. Cela se traduit par des séries de consultations avec des experts, des groupes professionnels, des associations et tous les acteurs principaux du secteur concerné. Suite aux consultations, le gouvernement propose une série de réformes et met en place des moyens pour tenter de résoudre les problèmes identifiés .

En quoi consiste le Grenelle sur les violences conjugales?

  1. Pourquoi cette date?
    Le 3/9/19 a été choisi symboliquement parce qu’il reprend le numéro de la ligne d’écoute et de soutien pour les victimes, le 3919. Dans les jours qui ont suivi le lancement du Grenelle et la campagne de communication sur cette ligne d’écoute, les appels ont augmenté de façon importante (on pourrait dire qu’ils ont explosé) dépassant les 1600 mercredi, signe supplémentaire s’il en fallait que le problème est réel. 
  2. L’augmentation du nombre d’appels s’explique par le fait que peu de femmes connaissent ce numéro de soutien. L’un des objectifs du Grenelle est donc de financer une grande campagne de sensibilisation* (affiches, réseaux sociaux, télévision…).
  3. Le gouvernement attribue des subventions aux associations d’aide aux victimes. Le montant total atteint un million d’euros. Il a été baptisé “le fonds Catherine contre les féminicides* ” car “il y a autant de victimes en France que de femmes qui s’appellent Catherine” selon la secrétaire d’état à l’égalité femmes-hommes Marlène Schiappa. [Tout d’un coup, je me sens tellement commune, pas originale… Mon prénom est tellement répandu qu’il sert de référence à un programme gouvernemental….]
  4. D’ici au 25 septembre, les réunions vont se multiplier, chaque groupe de réflexion va rendre ses conclusions et recommandations et le gouvernement publiera ensuite une série de mesures (plan d’action, décrets, lois…)

Depuis le début de l’année en France, plus de 100 femmes ont été tuées par leur conjoint et beaucoup d’autres sont victimes de violences mais font face à l’inaction des services publics, souvent mal formés ou indifférents face à ce problème. Plus de 200 000 agressions ont été signalées en 2019. C’est un sujet peu risqué pour le gouvernement qui est sûr de recueillir l’adhésion des électeurs et électrices. 

Je pense tout de même que nous sommes sur le bon chemin et que les mentalités ont beaucoup évoluées ces 30 ou 40 dernières années. Regardez ces archives d’un micro-trottoir de 1975, les propos tenus ouvertements par ces hommes seraient très choquants (peut-être même illégaux) aujourd’hui mais ils étaient encore acceptables à l’époque! 

Pour aller plus loin, d’autres vidéos: 

Niveau A2-B2: CNews: l’annonce du Grenelle des violences conjugales https://youtu.be/TKnP5eWtn6k 

Niveau C1-C2: France Inter, le billet de Nicole Ferroni https://youtu.be/N_TeeG9XJAQ  (il est possible de ralentir la vitesse)

Si vous voulez développer votre vocabulaire et comprendre plus facilement le français de la presse et celui parlé couramment à la radio et dans les séries, n’attendez pas pour réserver des séances de tutorat personnalisé avec moi!

Vocabulaire

Des accords majeurs: des accords très importants

La sensibilisation: sensibiliser une population à un problème, c’est informer quelqu’un à propos de quelque chose, c’est faire prendre conscience que le problème existe.

féminicide: le suffixe -cide fait référence au fait de tuer donc ici tuer des femmes. C’est le même suffixe dans suicide, homicide, génocide, etc.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *