Dernier jour à Fort Cochin

Journée pleine de bonnes choses en perspective: d’abord un cours de cuisine puis un spectacle de théâtre traditionnel le soir. 

Mais d’abord, je retourne au magasin où j’ai acheté la carte SIM pour demander pourquoi ça ne fonctionne toujours pas après 48h. Il me dit qu’à cause de la grève tout a été décalé et qu’elle ne sera sans doute pas activée avant le lendemain soir. Ça me stresse un peu car demain je dois prendre le bus et trouver mon chemin jusqu’au homestay. J’aurais bien aimé avoir un téléphone ou au moins internet…

Un dimanche à Fort Cochin

Je me dirige vers la boutique de Rasiya où j’ai rendez-vous à 11h pour le cours de cuisine. En passant, je vois que le dimanche ici c’est comme chez nous: messe et sport (football, cricket).

Une amie ou collègue qui tient la boutique en l’absence de Rasiya m’emmène en tuk tuk jusqu’à la maison où se tiendra le cours. 

C’est une maison toute simple, sur le même modèle que les autres maisons du Kerala que j’ai vues (mais plus petite car elle ne fait pas homestay): l’entrée donne sur la pièce à vivre avec la télé, une table et un canapé et les autres pièces sont réparties autour (cuisine, chambres, salle de bain). 

Cours de cuisine keralane

Ce qu’elle me montre est assez simple (5 plats) mais ce sont les bases de la cuisine du Kerala.

J’aurai l’occasion de voir une autre cuisinière (hors pair pour le coup) aux fourneaux au homestay suivant et la façon de faire était la même mais avec plus de finesse et de complexité dans les saveurs (mais elle cuisinait pour impressionner les touristes alors elle nous sortait le top du top à chaque repas). 
Là encore je prépare un article pour le blog French Made et je mettrai le lien quand il sera en ligne. 

ingredients indian kerala cuisine
Tomates, ananas, oignon, haricots verts, feuilles de cari, piment vert, chou et bien sûr du riz, des chapatis, des épices et de la noix de coco râpée (qui est présente dans quelque chose comme 95% des recettes locales)

Elle me fait goûter au jaggery une sorte de sucre de palmier qui a un goût entre la mélasse et le sucre demerara. J’adore. Avec de la chair de coco et un bout de banane, c’est divin! J’hésite à en acheter mais c’est vendu par bloc de 750g… Je les soupçonne de sucrer le café avec ça dans certains endroits parce que le goût sucré (et avec une saveur que j’avais du mal à identifier jusqu’à maintenant) est nettement plus prononcé que le goût du café (c’est un euphémisme)… En effet à moins que ce soit un café préparé à destination des Occidentaux ou dans un coffee shop, ça n’a littéralement pas goût de café. J’aime bien hein, faut juste pas s’attendre à du café!

jaggery + coco fraîche
thali
le repas (manque le riz qui n’était pas arrivé sur la table encore)

Culture: spectacle de Kathakali

 Je ressors de là rassasiée vers 13h et vais récupérer mon ordinateur pour retourner travailler chez Alice en attendant le spectacle de Kathakali. J’arrive comme on m’a dit à 17h pour assister à la séance de maquillage des comédiens. J’avoue que je pique un peu du nez parce qu’une heure à regarder des mecs se tartiner la figure c’est un peu long… Un des comédiens est couché sur scène et se fait coller des bout de carton sur le visage, quelle patience! Comme dans (tous?) les styles de théâtre traditionnels, tous les rôles sont joués par des hommes, même les roles féminins.  A la fin de l’exercice, le maître de cérémonie nous explique le type de maquillage (entièrement naturel) que sa troupe utilise et la gestuelle très codifiée utilisée pendant le spectacle. 

Le Kathakli c’est un peu comme si la tragédie antique rencontrait le théâtre Nô en Inde… Les spectacles entiers – adaptés d’épisodes tirés des épopées hindoues, le Mahâbhârata, le Rāmāyana et de la vie de Krishna – peuvent durer 8 heures mais pour les touristes on a droit à seulement un acte d’environ 1h30. Les trentes premières minutes sont un espèce de jam (comme en musique) entre les percussionistes et un mec qui bouge, en rythme, tous les muscles de son visage et des yeux de façon impressionante, tout ça sans bouger le reste du corps. Ensuite commence la pièce proprement dite.

khatakali

Je ne pensais pas que ça me plairait mais bon faut bien encourager la préservation des traditions locales… et alors que dire… tout le monde dans la salle s’est pris une grosse claque et on avait tous le sourire aux lèvres en partant. Du chant (uniquement par le conteur, le mec en pagne à l’arrière plan de la première photo), des percus et du pantomime, c’est universel (on nous avait quand même distribué le synopsis en anglais). Un superbe lieu et une troupe qui visiblement prend du plaisir en prime.

Ils ont aussi des représentations de musique, de danse et d’arts martiaux et j’essaierai peut-être de revenir quand je serai à l’école. Ce n’est pas à côté mais bon, ça vaut le coup je pense. 

Adresses

Kerala Kathakali Centre
Near Santa Cruz Bazilica, 
K.B. Jacob Road, Fort Kochi – 682 001, Kerala, India 
http://www.kathakalicentre.com/index.php?id=index
(avant d’acheter des billets, renseignez-vous auprès de votre homestay, ils ont souvent des billets à prix réduits. Non que ce soit dispendieux, à 350 roupies le ticket, ça reste un rapport qualité-prix exceptionnel)

Restaurant tibétain à côté du Kerala Kathakali Centre (Tibetan Kitchen?)
J’ai oublié le nom du resto mais vous ne pouvez pas le rater en allant au Kathakali Centre, il est dans l’allée juste avant l’entrée du centre. Très bonne cuisine tibétaine.

Spice World
KB Jacob Road, pas loin de l’hostel Happy Camper et du rond-point Njaliparambu Junction (la boutique est entre l’hostel et la basilique en gros).
La boutique de Rasiya. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *